banniere
eiffel
Photo : Agnès Lesage

Oyé, oyé, chers Ahuris du monde entier,

J'ai quelque chose à vous dire d'une importance capitale!!!!
David m'a demandé la raison pour laquelle, nous avions mis des "Alléluias"
en boucle à la fin du disque "Concerts spéciaux". Et de ce pas, gentil comme je suis, je lui ai répondu:

"Pour qu'un disque ne soit pas affublé d'un Copy Control, il faut qu'il dépasse 73'. Nous ne le savions pas et la maison de disque nous as averti la veille du mastering (le mastering , c'est comme la dernière touche de rouge à lèvres,après tu peux plus toucher , à moins d'avoir de bonnes raisons..., sinon tu fous tout en l'air).Donc ,pas moyen de mettre un morceau fantôme ou une petite annonce quelconque. Nous avons donc pris dans le public ce magnifique Alléluia qui entame le début du concert et nous l'avons mis en boucle à la dernière minute.

En gros , la situation est débile: les maisons de disque inventent le cd vierge et la gravure, puis elles inventent le copy control pour que les gens ne puissent pas graver et par la même que l'industrie du disque ne se casse pas la gueule (entraînant des évictions d'artistes en uantités non dédaignables comme par exemple en ce moment chez Virgin...), et à la fin , on nous demande de mettre un enculage de mouche à la toute fin d'un cd pour que finalement, les gens puissent le graver......??????!!!!!!! Damned,Pierre Richard, vous connaissez? ....non ....bon .... alors pensez à Louis de Funès, c'est kifkif bourrico mon pote.

J'ai failli enregistrer un speech comme celui-ci et le mettre à la place des Alléluias,mais on fait le malin, on fait le malin, et puis on se rétracte , on se rétracte....."

Donc désolé, mais ce truc là n'est pas une volonté artiiiiiistique de la part d'Eiffel. Juste un truc technique pour qu'on puisse être gravés et éventuellement se faire virer parce qu'on n’aura pas assez vendu de disques. Attention !Je ne suis pas contre la gravure, je sais que ça aide des artistes à se faire connaître et des amateurs de musique à connaître de nouvelles musiques.....mais avouez que c'est Cornélien.

Oyé , oyé dix fois pour ce salvateur "ALLéLUIA!"

Dieu est trop grand, dîtes lui d'arrêter de faire chier avec son mystère de la foi, nous y verrions plus clair.

Romain.

PS: Je vous envois un mot ( long) bientôt.
Proust.




THE PIXIES: ³ Trompe le monde²


Subbacultcha! Si l¹arrogance avait un visage, ce serait celui d¹un Pixie. C¹est avec une déconcertante facilité que nos lutins de Boston s¹emploient à fabriquer du merveilleux et à déflorer tout les poncifs poussiéreux du Rock n¹roll en un temps trois accords ( enfin presque....).
Comme son nom l¹indique ,³Trompe le monde ³ est de ces guerriers infidèles défiant toutes les lois de la pop song; des cadences harmoniques aussi abracadabrantes que fluides (Alec Eiffel, Palace of the Brine, Letter to Memphis,Subbacultcha, Motorway to Roswell...), une voix ,celle de Monsieur Black Francis,passant du registre du lion en rut à celui des ³Petits chanteurs à la croix de bois² ( ³The sad punk²),et cette jouissive insolence qui nous est crachée cinq fois en pleine poire dans le Clashien ³U-Mass²: ³Kiss my ass, it¹s educationnal !².Infidèle, oui. Les lois de l¹apesanteur et les règles temporelles sont ici allègrement cocufiées .Black Francis leurs préfère le mouvement perpétuel, la perte des repères, le doute pour mieux trouver. Un terrain vague ou certaines vérités apparaîtraient d¹elles mêmes. Ce garçon là semble être touché par la grâce chaque fois qu¹il ³invente², car il s¹agit là d¹²invention², de ³renouvellement², de ³fraîcheur² et nous n¹épilerions pas les chenilles en pensant aux périodes mouvementées de l¹histoire de la musique ,²Des² musiques; Monteverdi et le pré-Baroque, ³Les trois Viennois² et l¹expressionisme, Lighting and Hopkins, Elvis, les Beatles, les Buzzcocks....et après? Les Pixies. A noter que nos petites oreilles du néolithique se retrouvent ici catapultées dans un hallucinant carrefour sonore; Le batteur Dave lovering, distribue les gifles punks dans la cathédrale des 80¹s (réverbérations à la Spandau Ballet),les guitares sont aiguisées pour faire plus mal que celles de James Williamson dans le ³Raw Power² des Stooges et la belle Kim Deal tient les fondamentales comme on saute à cloche-pied au sortir de l¹école en chantonnant :³And now,it¹s time to go away on Holliday!² .
On ne parlera jamais assez des volutes contrapuntiques qu¹insinue Joey Santiago contre la voix de son ami d¹enfance Black Francis...ceci expliquant sans doute cela.
Dans ce nouvel et dernier opus ,les Pixies vont plus loin sur le chemin imaginaire qu¹ils proposaient dans ³Bossanova².Comme le phénix renaissant de ses cendres, le magnifique ³Ana² ,fait place à l¹extatique ³Bird dream of the Olympus mons² ,²Velouria² se métamorphose en ³Subbacultcha²,toujours cette idée souterraine qu¹est celle de la ³Visitation².Si l¹espace est un sujet suscitant l¹ironie de la part d¹un intelligentsia - rock ,crevard,quadragénaire et Parrrrrisien ,on peut aussi se les retrousser et y voir là,la quête d¹un ³Ailleurs², d¹un ³Monde à soi²,comme le font si bien XTC dans ³That wave² ou ³Complicated game², Bowie dans ³Rock n¹ roll suicide² ou ³Ashes to ashes²et...euh.. Jacques Brel dans ³La quête²...justement.
Ce qu¹il y a de capital et vivifiant dans ³Trompe le monde², c¹est cet incroyable foisonnement d¹idées toujours fiancées à une méticuleuse concision. Sous leurs allures de branleurs célestes, (³Il faudrait te trouver une image,chéri,tu vendrais plus ...²),les Pixies travaillent et vous emmerdent,ils l¹ont toujours fait, ils savent ou ils vont ,et ce n¹est pas dans un de ces quartiers résidentiels du rock n¹ roll ou l¹on ne cherche plus, ou l¹on manie mieux le portable que le song-writing.²Planet of sound² est un truc à faire hurler tout les chiens errants de notre bonne vielle terre ;on se surprend à ne plus fredonner sous la douche ,mais à aboyer et il vous faudra pour cela tendre vos feuilles aux ultrasons subrepticement planqués dans le morceaux sus-nommé.²The Navajo know², n¹est peut-être pas un morceaux dont on tombe amoureux à la première écoute...suffit d¹enchaîner sur la deuxième ...on n¹est pas au Mac Do Madame...le rythme y est un peu ska (c¹est bizarre, on n¹aime pourtant pas ça?), le décorum harmonique bourré de fausses relations Gainsbouriennes. On est dans l¹anachronisme, la trébuche, la liberté totale, l¹épanouissement du corps et la fuite des cerveaux. C¹est peut-être aussi en ça , et ce de manière subconsciente, que les Pixies sont un vrai groupe de rock à la dimension politique peu commune. La vie de la cité , il faut avant tout se la rêver pour qu¹elle devienne à posteriori réalité ,Black Francis rêve pour nous ,et en faisant une Hyposuccion au cynisme,on y croit.
L¹²A peu prés² n¹est pas un mal, il permet d¹approcher le sujet de biais, comme cet ³Alec Eiffel² sensé être une ode à l¹aérodynamisme et à ce cher Gustave. Mais Black Francis s¹est gouré en cherchant le prénom de l¹ingénieur;sur son dico,il s¹est arrêté à Alexandre Eiffel qui n¹est autre que l¹inventeur des porte-jarretelles....peu importe, cette chanson est d¹une beauté rare,on se demande dans quelle échoppe a été dénichée la pochette surprise.
On ne manquera pas d¹être émerveillé encore une fois par la mise en son de l¹incroyable Gil Northon. Au regard des productions actuelles, ²réaliser un disque²,est parfois une bien grande expression..... Souvent un moyen pour les maisons de disques de mettre le grappin sur l¹artiste et contrôler son désir. Hors un désir ne se contrôle pas et Gil Norton est là pour ne pas l¹oublier. Gouffres Lynchiens....
Pixies, comme Thelonious Monk ou les Beatles, c¹est une court de récréation
mentale et physique, on y slamme de bout en bout (rimé). La beauté d¹une passe volleyée Harinnordokyenne au rugby...toujours différent. Vian le dit ³le problème de l¹artiste, ce n¹est pas de faire, mais c¹est de faire différent². Alors, à propos de ³Visitation², que retentisse la trompette de l¹Ange Boufarev et que ³Trompe le monde!!!².


facebook facebook twitter google+