banniere
eiffel
Photo : Agnès Lesage

DROITS DE REPONSE DE ROMAIN HUMEAU RELATIF AU CONCERT D'EIFFEL & BERTRAND CANTAT A BEGLES.

Samedi dernier, le 2 Octobre 2010,
nous étions en concert à Bègles avec Eiffel
aux Rendez vous des Terres Neuves.

Lors du concert, les mots qui suivent seraient sortis de ma bouche: "Je me sens avoir la classe ce soir ".
Du moins, c'est ce que le responsable de la culture du journal Sud Ouest, Stéphane Jonathan a écrit dans l'édition du lundi.
Croquignol! Je me souviens avoir pourtant bien dit au public "Je VOUS sens avoir la classe ce soir,
vous êtes dignes comme ça...." mais en aucun cas que "Je me sentais avoir la classe" ....
Ce n'est point grave Stéphane, les vidéos et le public se souviennent déjà de cette petite vérité...
Cette classe, cette dignité provenant du public me permettait donc d'annoncer dans un quasi silence
notre ami Bertrand Cantat nous rejoignant sur scène pour la chanson "A tout moment la rue".
Fabuleuse ovation pour Bertrand. Ce que nous voulions avec le groupe.

A la fin de cette même chanson, nous repartions de très très bas en son...un souffle... pour "Sous ton aile",
et le public logiquement de redescendre avec nous, arrêtant de hurler et pénétrant dans le son.
Croquignol again! Car Stéphane Jonathan (Sud Ouest again), a perçu ce souffle comme une baisse d'enthousiasme
des spectateurs écrivant qu'une partie du public était partie à la fin d'"A tout moment la rue"...
Peut-être Stéphane, peut-être....le public, les gens en backstage, la sécurité et nous mêmes avons donc dû rêver...
Ou s'agit-il de votre prédétermination à penser que les choses devaient absolument mal se passer?
Attention, le hic n'est pas que vous n'aimiez pas Eiffel, la liberté de la presse est un bien précieux à mes yeux.
Non, le problème pourrait-être celui de vos possibles défaillances auditives ou visuelles conduisant
à la transformation de faits qu'a vécu un public de 1800 personnes.
Quand on n'aime pas, il suffit de le dire, cela soulage et permet de passer à autre chose,
genre boire un coup tous les deux et parler d'une cueillette à venir de cèpes et de girolles.
J'en aurais été ravi.



Ah oui! J'y suis, Stéphane et le staff Sud Ouest m'en voudrait peut-être d'avoir dit sur scène:
"On ne dédie pas -Je m'obstine-, une de nos chansons, à Sud Ouest, Voici et Elle mais à
Imanol Harinordoquy".
Cette "Non-Dédicace" provenant sûrement d'un énervement de ma part au sujet de cette "Couv" de.... Sud Ouest encore,
celle de Samedi, le jour même du concert...
Je l'avais entre-aperçu en allant chercher des cigarettes :
Bertrand en photo au plus bas de sa forme dans un pays lointain avec comme intitulé "Bertrand Cantat en concert à Bègles"....
C'est vrai, j'aurai peut-être dû rester de marbre... juste me dire qu'il s'agissait, tout d'abord et surtout, d' une belle photo
et que ce n'était pas nous, Eiffel, qui jouions le soir même!
J'ai épilé les chenilles en y voyant une forme de désinformation sur la soirée.
Je n'aurai pas dû y déceler une technique d'effet d'annonce et d'un marketing emprunté aux Tabloïds...
Quel cancre fais-je!

Heureusement, le lendemain sur le Sud Ouest Dimanche, il ne s'agissait que d'une "broutille":
Helena Noguerra, la soeur de Lio, avait soit disant refusé de jouer avec le groupe Nouvelle Vague la veille...
Et Helena de démentir ... elle était juste dans un restaurant Parisien ignorant l'existence même du Festival Bèglais!
...Hum...
Disons que Laurie Bosdecher toujours du même journal est allée un peu vite en besogne, l'erreur est humaine...
Quand elle est à répétition, je ne sais pas...
Jeune journaliste briefée trop vite?
Croquignol disais-je....

Ah! Et au sujet du buzz provoqué par les médias autour du concert de Samedi soir. Pause. Je travaille mon yoga.
C'est curieux comme certains médias dont Sud Ouest encore ont imaginé que la fameuse fuite puisse venir d'Eiffel.
(Cf: "The Pierrot est un proche du groupe Eiffel"/ "Buzz savamment orchestré"- Xavier Sota- blog de Sud Ouest du 30 Septembre).
Petites diffamations tranquillou...
Un bonheur ne venant jamais seul, ces inepties ont été reprises à foison dans de sublimes lieux d'information. Merci, merci!
Alors que c'est précisément ce buzz qui nous empêche de dormir depuis Jeudi dernier...Que la fuite aurait eu lieu pour remplir la Jauge...
L'organisation des Terres neuves et nous mêmes savons bien qu'il n'y avait pas besoin de cette incontinence événementielle
pour qu'il y ait 1800 personnes le soir même, Nouvelle Vague étant bien assez connu et Eiffel ayant fait complet
au Krakatoa (1200 personnes) dix mois avant. Ah oui! Vous n'y étiez pas.
Les concerts de Guaka, Binary Audio Misfits et Nouvelle Vague ayant d'ailleurs énormément plu aux festivaliers.
Je suis sûr que vous avez adoré chez Sud Ouest! Culture, culture.
Non, je ne crois pas me tromper en disant que cette fuite là aurait pu être éventuellement et volontairement initiée
par quelques débiles mentaux si la jauge avait été de 10 000 ou 20 0000 personnes.
Mais là....imaginez vous? Bertrand Cantat arrivant à la rescousse d'un truc qui fait 1800 places!!!
Sud Ouest enfin.... voyons, soyez gentils, nous ne sommes pas dans un "Strange de campagne"!

Demain Samedi, nous jouons au Noumatrouff à Mulhouse.
Dans le camion, je suis sûr que nous allons avant tout nous remémorer
ce moment vécu si intensément l'autre soir entre nous cinq, les quatre d'Eiffel et Bertrand, et avec le public.

Je suis sûr que nous continuerons à bien faire la différence entre cet instant essentiel et le mot attristé que je suis en
train d'écrire.... Six, Sept points amers... La septième goutte faisant déborder le vase: "Ce soir je me sens avoir la classe"...
Vous diffamez très cher.

Ne me dîtes pas que la ligne éditoriale d'un éventuel canard aurait décidé de tout écraser sur son passage
quand il s'agit d'un certain sujet et ce, jamais frontalement, toujours dans le lancinement d'une insinuation?

Ne me dîtes pas que quelques pisse-lignes frustrés de ne pas être le signifié mais le signifiant auraient,
peut-être inconsciemment, une sorte de fascination inavouée venant de loin pour un chanteur de Rock connu
qu'ils croiraient protéger et qui en fait, l'emmerderaient de longue, tout simplement...?
Et ce en écrasant encore une fois tout sur son passage avec le sourire du mec qui fait partie du club.

Si?
Ah bon...
Et cela doit continuer comme ça jusqu'à la fin des mythologies Rock Bordelaises?
Ah bon...
Il faut vraiment que je me mette à cette culture passionnante.

Ce n'est pas la première fois qu'une sensation d'injustice totale rapport à "un sujet donné" a lieu,
et ce n'est pas un sujet des plus capital, on se l'accorde aisément.
(Samedi dernier, le jour de cette fameuse Couv', il y avait des manifestations si je ne m'abuse?).
Mais les quelques points édictés ci dessus, sans parler des frises, provoque chez moi
un écoeurement tel que je n'ai pu m'empêcher de dégainer la plume numérique.
Contre l'avis d'à peu près tout le monde autour de moi.
Les gens qui nous entourent, nous aiment et nous protègent sont bien plus mâtures que moi.
Campés sur leurs deux jambes.
Je les envie car, eux, savent à quel point nous sommes en train d'évoquer ici le rien, le vide, le néant.
J'avoue avoir peur de ce rien, de ce vide et de ce néant. Médiatique.
Je me rabaisse et me "racrapote" en quelque sorte.
Un peu comme quand tu es gamin et que tu as peur du noir, à mélanger les torchons et les serviettes.
Alors, Sud Ouest, Stéphane Jonathan, allez y, supputez, transformez, tronquez, interprétez, imaginez et malaxez, vous y êtes presque!
La serviette est en train de devenir torchon.

Romain Humeau. Eiffel


facebook facebook twitter google+