À mes crevures de gares

Qui suintent des boulevards

De PMUs aux larmes

En crocodile, roi gangsta

Halo noir sur la ville

Kafka dans les tours

Mate la mort qui se dessine

Tracées à l’acre des jours

Ô mon grand feu de bouche

On n’y respire qu’à peine

Tout m’y monte à la louche

Mes oreilles sifflent des fontaines

Ils ont connecté la masse

Et enfiché l’espoir

Monte un tsunami crasse

Qui nous déborde en cascade

Les hommes en cascade

Les hommes en cascade

Toutes leurs tripes dans le bad

Les foules en cascade

Les foules en cascade

Marquises des zombies tout sad

À nos scorpions milliards

Qui saignent des brouillards

Énarques, têtes d’oeufs sinistres

Matricule sixty six

Et leurs écrans qui se marrent

À nous voir grouiller en phase dominos

Las Paname parano

E-Porcs, femmes sandwichs au lard

Ô mon grand feu de bouche

On n’y respire qu’à peine

Tout m’y monte à la louche

Mes oreilles sifflent des fontaines

Ils ont connecté la masse

Et enfiché l’espoir

Monte un tsunami crasse

Qui nous déborde en cascade

Les hommes en cascade

Les hommes en cascade

Toutes leurs tripes dans le bad

Les foules en cascade

Les foules en cascade

Marquises des zombies tout sad

Elles s’inventent ailleurs

S’inventent ailleurs

Avec la peur bleue d’avoir peur

Elles s’inventent ailleurs

S’inventent ailleurs

Avec la peur bleue d’avoir peur

Marquises des zombies tout sad

Cascade

À nos speakerines livides

Qui de leur bouche de suicide

Tapinent au capital

Et emmerdent nos étoiles

Je n’aime pas quand tu te barres

À travers mes miroirs

Reviens me susurer la mer

Un souffle, un iota lumière

Ô mon grand feu de bouche

On n’y respire qu’à peine

Tout m’y monte à la louche

Mes oreilles sifflent des fontaines

Ils ont connecté la masse

Et enfiché l’espoir

Monte un tsunami crasse

Qui nous déborde en cascade

Les hommes en cascade

Les hommes en cascade

Toutes leurs tripes dans le bad

Les foules en cascade

Les foules en cascade

Marquises des zombies tout sad

Toi et moi en cascade

Planètes en cascade

Hooray pour l’avenir en rade

Je m’invente ailleurs

M’invente ailleurs

Avec la peur bleue d’avoir peur

Je m’invente ailleurs

M’invente ailleurs

Avec la peur bleue d’avoir peur

Laisser un commentaire

Fermer le menu
Eiffelnews

GRATUIT
VOIR