La ville s’embrasait le temps d’une Gitane
Au lointain bleu-pétrole, butane…
J’usine…
Pour les sunlights de Sodome
Ouvriers, ouvrières dans la ruche infernale
Mains et poumons du grand capital théâtre d’ombres…
Quand la machine recrache l’hommeCe soir, les gens
Vents en bataille
Silhouettes découpent la nuit bleue de travail
Hit the roof
Ce soir, les gens
Nuée de nerfs
Retiens ton souffleJe ravitaille en or bien des corbeaux d’azur
Tout feux, tout flamme en hydrocarbures… affolées…
Nos chimères captives rongent les mursCe soir, les gens
Vents en bataille
Silhouettes découpent la nuit bleue de travail
Hit the roof
Ce soir, les gens
Bout d’orage
Pointe au barouffe
Ce soir, les gens
Nuée de nerfs
Retiens ton souffleLes cheveux de I ‘amour qui coiffaient ton épaule…
Désormais
Grouillent et rampent en spasmes
Out of control… Mégalopoles
Dans I ‘atmosphère saturée d’ondes
Tu voudrais arrêter le monde…Ce soir, les gens
Vents en bataille
Silhouettes découpent la nuit bleue de travail
Hit the roof
Ce soir les gens
Aux éclairs
L’odeur du souffre
Ce soir, les gens
Bout d’orage
Pointe au barouffe
Ce soir, les gens
Nuée de nerfs
Retiens ton souffleEt dans I ‘atmosphère saturée d ‘ondes
Toi, tu voudrais arrêter le monde…

Laisser un commentaire

Fermer le menu
Eiffelnews

GRATUIT
VOIR