J’ai cherché mon coeur
Dans les midnights louches
En ce bleu des lames
Affleurant ta bouche
J’ai cherché mon coeur
Dans les coups du sort
Délattant les heures
Repoussant la mortEt cette ombre là-bas
C’est peut-être moi
Longeant les mosquées
Eglises, alhambras
Dans les siècles-guerres
Vaines religions
Tueuses en séries
Braquant millénairesJ’ai cherché mon coeur
Dans la mécanique
En ces rois killers
De la Shit Music
Comme tu cherchais
Dans un grain de sable
D’une nature possiblement
PolluableJ’ai cherché mon coeur
En ton cul diamant
D’éclairs foudroyants
Encore
Autant de trésors
Quand de nos cent clameurs
Nous faisons corps à corpsJ’ai cherché mon coeur
Pogotant du blaze
Dans l’aqua-poney
L’aqua-mikaze
J’ai chiné encore
Où croasse Byzance
Lunes pourpres
DécroissanceEt cette ombre là-bas
C’est peut-être moi
Montres avalées
Long des Walhallas
Aux confins
Où des Dieux pas là
Traçaient au fusain
Mes couci-couçaJ’ai cherché ton sein
Frayant l’horizon
Jusqu’aux murs des sens
Trashant ceux du son
Les Boudhas se lovant
En l’instant présent
La mathématique blanche
D’un bêtabloquantJ’ai cherché mon coeur
En ton cul diamant
D’éclairs foudroyants
Encore
Autant de trésors
Quand pour un oui un non
C’était hardcore-hardcore
J’ai cherché mon coeur
J’ai cherché mon coeur
J’ai cherché mon coeur
J’ai cherchéDans l’oeuvre au noir
De la médiatique
En ces nuits debout
De la Macronite
Où illettrés en transe
Au front de la B.A.C
D’aveux d’impuissance
Branlaient leurs matraquesEt cette ombre là-bas
C’est peut-être moi
N’pesant pas bien plus
Qu’un moins que petit gars
Qui cherchait la tienne
Et ton coeur avec
Dans l’écume varech
Du mien gros comme çaTout ça, tout ça
Dans l’oeil caméra
Qui jaugeait le monde
Le temps toi et moiJ’ai cherché mon coeur
Et tes yeux de braise
Au grand tourbillon
De la Javanaise
Dieu, l’ordre et la loi
Meutes, foutaises
Faisceaux de juillet
Putain Marseillaise
J’ai cherché mon coeur
Dans les rivières folles
L’or des paraboles
Ma beauté qui dortJ’ai cherché mon coeur
En son cul diamant
D’éclairs foudroyants
Encore
Autant de trésors
Quand de nos cent clameurs
Nous faisions corps à corps
J’ai cherché mon coeur
J’ai cherché mon coeur
J’ai cherché mon coeurEt cette ombre là-bas
C’est peut-être moi
Longeant les mosquées
Eglises, alhambras
Dans les siècles-guerres
Où la mélodie
De ce flot d’Éternité
Tout petit
Que voilàJ’ai cherché mon coeur
J’ai cherché mon coeur
J’ai cherché mon coeur
J’ai cherché mon coeur

Laisser un commentaire

Fermer le menu
Eiffelnews

GRATUIT
VOIR